Comment atteindre la maîtrise de soi avec le fait de manger avec attention
User Rating: / 30
PoorBest 
Manger avec attention

Comment atteindre la maîtrise de soi avec le fait de manger avec attention

INTRODUCTION
A mon avis, après une profonde réflexion, parmi tous les sujets qui existent, celui auquel je m’apprête à écrire dans cette article est peut-être le plus important de tout. Un sujet qui peut changer radicalement la vie d’une personne dans toutes ses dimensions – physiquement, mentalement, émotionnellement et spirituellement, c’est le fait de manger avec attention.

Il semble étrange de penser que la manière dont on mange, le «comment», peut avoir une influence importante dans sa vie.
Une fois que j'ai compris la l’importance de cette "grande idée", je l'ai testée à fond dans ma vie, et ensuite je l’ai recommandée à plus d’une douzaine d’amis et de patients pour comparer les effets. Deux d’entre eux étaient des psychothérapeutes professionnels et ils ont été tous les deux profondément impressionnés et fascinés par les résultats.

L'extrême simplicité de la technique a poussé de nombreuses personnes à refuser de croire que cela pouvait conduire à des changements importants, ce qui se traduit dans le refus même de tenter la méthode.


Même si la méthode est si élémentaire dans son essence, que même les créatures les plus simples la pratiquent instinctivement, pourtant, l’homme est tellement conditionné dans ses habitudes, qu’il doit désapprendre sa façon actuelle de s’alimenter et de réapprendre ce qu’il connaît depuis des milliers d’années.


Même si une personne refuse de changer ses habitudes alimentaires pour une meilleure qualité des aliments et tient à garder son régime actuel, cependant il connaîtra de profonds changements dans tous les aspects de sa vie en appliquant cette technique dans sa vie.

LES ANIMAUX MANGENT AVEC UNE ATTENTION TOTALE.

Les besoins et les instincts fondamentaux de toutes les créatures vivantes sont l’air, l’eau et la nourriture, l’habillement et le logement – la nourriture étant le plus élémentaire. Partout dans le monde, toutes les formes de vie connaissent leurs besoins en nourriture pour survivre et toutes les créatures sur terre savent comment manger. Il s’agit d’un instinct inné, qui n’a pas besoin d’être appris et il est présent dès la naissance – dans l’une des formes de vie unicellulaires (amibes) jusqu’aux formes animales les plus grandes de l’existence.


Tous ces êtres vivants, mangent de la même manière. Ils mangent avec toute leur attention, mâchent leurs aliments autant que nécessaire pour l'espèce, et sont entièrement absorbés dans la saveur de la nourriture qu’ils mangent. Lorsque la jouissance sensuelle du goût commence à reculer et disparaître, ils cessent de manger et s’éloignent de la nourriture tout à fait satisfaits.

La question est de savoir comment l’instinct de l’animal le pousse à cesser de manger quand les besoins du corps sont entièrement satisfaits. Toutes les créatures vivantes ont été guidées par cet instinct depuis le début des temps et il n’y a jamais eu de problème avec ça.

Pourquoi pas de problème ? -- Parce qu'ils mangent tous de la même manière - avec toute leur attention, totalement immergés dans la saveur de la nourriture, et même en fermant les yeux pour éviter la distraction, et s’arrêtant quand ils ont moins de plaisir à manger. Même les petits insectes mangent avec toute leur attention.


Pourquoi les hommes alors ont-ils tant de difficulté à manger, à savoir quand manger et quand s'arrêter?
Il ya plusieurs raisons :

* Premièrement, les gens mangent en fonction de l'heure, environ 3 repas par jour avec des collations et des goûters mais rarement quand ils ont vraiment faim.

* Deuxièmement, ils mangent des aliments épicés, sucrés et salés qui les poussent à manger plus qu’ils n’en ont besoin.

* Et enfin, parce qu'ils aiment la stimulation mentale, ils mangent avec une attention divisée – tout en lisant un journal ou en regardant la télévision, ou en parlant avec quelqu’un.

Dans cet article, nous allons nous occuper presque exclusivement de l’ attention divisée.


ATTENTION DIVISEE
Quand l’attention est divisée, disons par exemple, en regardant la télévision, les émotions et les sentiments suscités sont incompatibles avec une atmosphère digestive idéale. Cela inhibe les sécrétions gastriques et digestives nécessaires pour digérer la nourriture de façon optimale. Le grand plaisir sensuel de manger, qui a une importance fondamentale pour le corps et les émotions nécessaires au bonheur intérieur, est largement ignoré, parce que l’attention est sur autre chose que sur le goût de la nourriture.

Le résultat, c'est que - puisque la jouissance goût est largement réduite ou éliminée, le corps est incapable de signaler à celui qui mange quand s’arrêter. Donc, la personne mange, se remplit mécaniquement et ne s’arrête que lorsque l’estomac distendu signale que c’est trop.


Manger sans conscience ou attention – conduit inévitablement à trop manger et à nier l'importance du rôle de la saveur de la nourriture qui nous amène à arrêter de manger quand nous en avons eu assez pour satisfaire les besoins du corps.


LA NOURRITURE COMME SEXE.

L'instinct de manger est si fondamental, beaucoup plus fréquents et plus urgent que l'instinct de reproduction (sexe), que le plaisir sensuel de la nourriture remplace facilement l'envie de sexe.
Cela explique sans doute pourquoi les orgies de nourriture remédient à la frustration de la solitude, quand il n’y a pas la compagnie du sexe opposé.

LA NOURRITURE COMME DROGUE
C’est un fait connu que se gaver avec de la nourriture entraîne une grande partie du sang dans le cerveau à descendre vers l'estomac pour digérer les aliments. Cela endort l'esprit comme un stupéfiant. Et en même temps il coupe efficacement les mécanismes de la pensée, agit comme une anesthésie émotionnelle, ce qui nous permet effectivement d’ échapper aux pensées et aux sentiments d'infériorité, à la tristesse, à la solitude, aux regrets, à l'ennui, à la culpabilité, à la peur, à la sous- estime de soi, au manque d’amour envers soi, etc.

Malheureusement, l’utilisation de la nourriture comme une mécanisme échappatoire aux problèmes émotionnels fait seulement amener ces mêmes problèmes vers l’inconscience temporairement.
Enfouir ces problèmes les fait jaillir dans la conscience avec plus de force, exigeant l'attention de notre esprit jusqu'à ce qu'on s’occupe d’elles vraiment.

Quand on a la volonté de faire face à toutes ces émotions et les sentir ou les vivre totalement sans chercher à échapper à la douleur qu’ils provoquent, à ce moment- là ils peuvent être libérés et éliminés. Souvent en quelques minutes, ils commencent à s’affaiblir et à se dissiper en intensité.
La persistance, le courage et la répétition conduisent à la réussite et à la liberté.


COMMENT AUGMENTER LE PLAISIR


Pour revenir à notre sujet principal. ----
Maintenant, puisque le plaisir sensuel de la nourriture est le facteur-clé que la Nature utilise en incitant toutes les créatures vivantes à chercher de la nourriture pour ses besoins physiques, il est important que nous portions notre attention sur l'amélioration des méthodes qui permettent d’amener le plaisir de la nourriture à son point culminant. Jetons un coup d'œil à quelques-unes des implications psychologiques reliées à l'alimentation.

Pour commencer, nous ne devrions manger que lorsqu’on a faim. Ceci assure le maximum de plaisir et de délectation de la nourriture. Il faut d'abord profiter de la vue et de l'arôme de la nourriture, et de sentir de la gratitude. Puis, quand nous mettons la nourriture dans notre bouche, il est bon de fermer les yeux pour nous aider à concentrer notre attention - sur le goût de la nourriture et de ne pas être distrait. Soyez seulement dans l’action de manger, sans penser à autre chose. Ne lisez pas, ne regardez pas la télévision, ni ne parlez avec quelqu’un . Si vous faites cela (lire, regarder la TV ou parler avec quelqu’un), cela retirera une grande partie de votre attention du plaisir sensuel de la nourriture. L'attention est attirée sur les émotions, si vous regardez la télévision, - sur l'intellect, la mémoire et la raison, si vous parlez ou si vous lisez. Lorsque vous mangez, vous devez être complètement dedans- - - dans le goût des aliments. Rien d'autre ne doit exister pour vous à ce moment-là, à part le goût et le plaisir de la nourriture.

La nourriture doit être mâchée complètement, jusqu’à ce que vous en ayez extrait tout le goût, avant de l’avaler sous une forme liquéfiée.


SATISFAIT AVEC 50 % EN MOINS
Rien d'autre ne doit exister pour vous, si ce n’est le goût de la nourriture. Vous serez si satisfaits d'une beaucoup plus petite quantité de nourriture que vous arrêterez de manger bien avant de sentir toute distension de l'estomac. Quand j'ai commencé à manger avec une attention totale, je m’arrêtais de manger et j’étais satisfait avec 50 à 40 % de nourriture en moins par rapport à ce que je mangeais habituellement, et avec beaucoup plus de satisfaction.

Si vous mangez inconsciemment, sans conscience, vous mangerez toujours trop, car vous ne savez pas ce que vous faites. Vous ne vous arrêtez que lorsque vous sentez votre estomac distendu ou gonflé. Donc, si vous mangez avec attention, vous sentez à peine votre estomac. Il devient difficile de trop manger, parce que votre sens du goût est tellement satisfait que vous êtes obligé de vous arrêter bien avant par rapport à vos habitudes alimentaires du passé.

Rappelez-vous, la règle est la suivante: si vous n’appréciez pas votre nourriture, vous devrez manger plus pour compenser. Si vous appréciez votre nourriture vous mangerez moins, il n'y aura pas besoin de compenser. Faites confiance à votre corps, parce qu'il est sage et il vous dira par votre sens du goût quand il faut vous arrêter de manger. Certains jours, vous aurez besoin de plus de nourriture et d'autres jours de moins.


CONTENTEMENT ET BONHEUR
Vous êtes en mesure de quitter la table en ayant un profond sentiment de contentement et de bonheur que vous ressentez pendant des heures après avoir mangé. Vous vous sentirez heureux sans aucune raison particulière. Vous ne serez pas attiré par des relations sociales, pour combler votre vide, parce que votre intense plaisir de la nourriture vous a mis dans un état de tranquillité totale.

Puisque vous n’avez pas trop mangé, vous ne vous sentez pas somnolent et votre esprit est frais et capable de penser et de travailler, si nécessaire. Votre sommeil est plus reposant, vos rêves sont plus agréables, votre personnalité va changer radicalement.

Puisque vous êtes dans un état de contentement absolu, vous allez surtout exprimer de la gentillesse et de l’amour – plutôt que de l’impatience, de l’irritabilité comme précédemment.

PAS D’EXAGERATION

Je suis sûr que le lecteur pense que tout cela est pure exagération. Il ne semble pas possible que ce simple fait pourrait conduire à un tel changement révolutionnaire dans tous vos sentiments et comportement. Pourtant, je dois insister sur le fait que non seulement ce n’est pas exagéré, mais plutôt je sous-estime les effets profonds et merveilleux de cette pratique très simple.


Il est un fait que moins vous mangez, plus vous vivez longtemps. Moins vous vieillissez , plus vous avez d’énergie pour le travail physique et mental. Le corps a plus d'énergie pour la désintoxication et le rajeunissement.

En mangeant avec attention, vous serez satisfaits avec beaucoup moins, de 40 à 60 % de moins par rapport à avant, et vous allez digérer et assimiler plus avec moins de nourriture. La quantité d'énergie que vous allez épargner en mangeant moins et en digérant moins sera énorme. En quelques semaines, vous vous sentirez plus jeune physiquement. Votre esprit et vos sentiments vont s’élever et cela se traduira dans toutes vos pensées et activités.



IMPOSSIBLE D’ETRE GLOUTON.

Il peut sembler logique pour beaucoup de gens que manger tout en regardant la télé ou avoir une conversation agréable améliore le repas et le rend plus agréable et plaisant -, mais c’est exactement le contraire qui est vrai.

Vous aurez besoin de presque doubler la quantité de nourriture avant d’arrêter de manger - à cause de la division de l'attention provoquant une moins bonne alimentation et dégustation.

J’ai remarqué de nombreuses fois qu’il est presque impossible pour moi d’être glouton quand je mange en portant une attention totale sur la saveur de la nourriture. J’aurais à me forcer littéralement à manger pour absorber plus de 60 % de ce que je mange habituellement quand je n’ai pas une attention totale.


La petite quantité de plaisir gagnée par la distraction (TV ou autre) est infime par rapport à l'énorme perte de satisfaction de la saveur comparativement au fait de manger avec toute l’attention voulue.

Un moyen simple pour commencer
La dépendance provoquée par presque toute une vie où nous avons mangé en lisant, en parlant ou en regardant la télévision, est très pernicieuse et peut être très difficile à briser, même si manger avec l’attention totale est la façon la plus habituelle et la plus naturelle de tous les êtres vivants.


Un moyen simple pour commencer, c’est d’essayer 1 repas par jour pendant 5 jours, avec une attention totale. Quand ça devient plus facile, essayez sur 2 repas et continuez jusqu'à ce que ça devienne facile et agréable.
Ensuite, vous pouvez ajouter encore un repas (et les collations si vous voulez).

COMMENT SE LIBERER DE LA TENDANCE A MANGER DE FAÇON COMPULSIVE

Geneen Roth dans son livre, « Comment se libérer de la tendance de manger de façon compulsive »

préconise de manger tout ce que vous voulez, quand vous voulez, même la malbouffe, à une condition - que vous mangiez lentement, que vous mâchiez soigneusement, et que vous mangiez avec une attention totale et sans distraction. Le résultat est que vous êtes satisfait rapidement avec une petite quantité avant d’arrêter de manger.
Elle affirme que depuis qu'elle pouvait manger quoi que ce soit à volonté, mais avec attention, elle a progressivement arrêté de penser à la nourriture, et cela lui a permis d’avoir une vie sociale plus active et plus de relations.


DEPENDANCE A LA NOURRITURE

J'ai une patiente, une femme qui était accro à la nourriture toute sa vie, boulimique, qui vomissait après chaque repas. Elle jure que depuis 2 ans maintenant, depuis qu’elle mange avec attention, et que rien n'est interdit, elle a cessé de penser à la nourriture, sauf quand elle a faim, et puis elle est satisfaite avec une petite quantité de nourriture.
Pour ceux qui estiment qu'ils ne peuvent pas abandonner du tout la malbouffe, ils peuvent commencer par cette approche, à condition qu'ils mangent avec une attention totale. Ensuite, lorsqu’ils ont acquis un confort et un bien-être en mangeant attentivement, ils peuvent commencer à aller vers une meilleure qualité de nourriture, en respectant les bonnes combinaisons alimentaires.

Le livre des secrets
" Le livre des secrets ", de Bhagwan Shree Rajneesh contient un discours sur le tantra qui parle des 112 techniques de méditation connues, il dit :

La cinquième technique.
"Quand vous mangez ou vous buvez, soyez le goût de la nourriture ou de boisson, et alors soyez comblés."
On continue de manger des choses, dont nous ne pouvons pas nous passer. Mais nous mangeons très inconsciemment, automatiquement, comme un robot. Si le goût n'est pas vécu, vous faites juste du remplissage. Manger lentement, et soyez conscients du goût. Et c'est seulement quand vous allez lentement que vous pouvez être conscients. N’avalez pas seulement les aliments. Goutez-les sans vous presser et devenez le goût.
Lorsque vous sentez la douceur, soyez la douceur. Et puis, cela se ressent sur tout le corps - pas seulement dans la bouche, et pas seulement sur la langue, mais partout dans le corps. "Une certaine douceur" se propage en ondulations - ou n'importe quoi d'autre.

"Quoi que vous mangez, sentez-en le goût et devenez le goût."

«Si vous évitez le goût, vos sens seront endormis."
Ils deviendront de moins en moins sensibles. Et avec moins de sensibilité, vous ne serez pas capable de sentir votre corps, vous ne serez pas capable de sentir vos sentiments. Ensuite, vous serez seulement centré dans la tête. Ce centrage dans la tête est la division. Il ne faudrait pas créer une division au sein de vous-même. Il est beau de goûter, il est beau d'être sensible. Et si vous êtes plus sensibles, vous serez plus vivants, et si vous êtes en vie, alors plus de vie entrera votre être intérieur. Vous serez plus ouvert.

"Vous pouvez manger des choses sans sentir le goût, on peut toucher quelqu'un sans le toucher, ce n'est pas difficile."


"Quand vous mangez ou vous buvez, soyez le goût de la nourriture ou de boisson, et alors soyez comblés par le goût."
Lorsqu’on boit de l'eau, ressentez la fraîcheur. Fermez les yeux, buvez-la lentement, goûtez- la. Sentez que vous êtes devenu cette fraîcheur, elle est en train de devenir une partie de votre corps. Permettez à ses ondulations de se propager, et alors vous allez sentir une fraîcheur dans tout votre corps.


De cette façon, votre sensibilité peut croître, et vous pouvez devenir plus vivants et plus comblés.
Nous sommes frustrés, et vides, et nous continuons à dire que la vie est vide. Mais nous sommes la raison de ce vide. Nous ne sommes pas capables de le combler et nous ne laissons rien (personne) combler ce vide.

Nous avons une armure autour de nous - une armure défensive, nous avons peur d'être vulnérables, de telle sorte que nous sommes sur la défensive contre tout. Et puis, nous devenons tombes - choses mortes.

"Soyez vivants, et plus vivants encore, parce que la vie est Dieu. Il n'y a pas d'autre Dieu que la vie. Soyez plus vivants, et vous serez divins davantage. Soyez totalement vivants, et il n'ya pas de mort pour vous. "

ETRE ALERTE

Quand vous mangez : mâchez avec conscience. Quoi que vous fassiez, ne le faites pas mécaniquement.
Marchez avec vigilance, et vous marcherez différemment : une autre grâce vient à votre pied. Vous vous déplacez plus lentement, avec plus de grâce.

Quand je dis «sentir», je veux dire observer. D'abord le faire mécaniquement, puis avec conscience, et vous serez capables de sentir la différence.
Par exemple, si vous mangez avec conscience, alors vous ne pouvez pas manger plus que ce qui est nécessaire pour l'organisme.


CONSCIENCE
Les gens viennent me voir en me disant : «Mettez-nous au régime." Je leur dis : « Ne pensez pas en terme d’alimentation. Pensez plutôt en terme de conscience. Par l’alimentation seule, rien ne pourrait arriver. Vous essayez de changer quelque chose et le lendemain il s’en va. Vous ne pouvez pas continuer. »

Mangez avec conscience. Alors la qualité de la nourriture change. Si vous mangez avec conscience, vous allez automatiquement mieux mâcher. Avec des habitudes mécaniques inconscientes, vous remplissez tout simplement votre estomac, sans vraiment mâcher.
Comme il n'y a pas de plaisir, vous avez besoin de plus de nourriture afin d'obtenir le plaisir. Il n'existe pas de goût, donc vous avez besoin de plus de nourriture.

Soyez alerte et voyez ce qui se passe. Si vous êtes alerte, vous mâchez plus, vous sentirez plus le goût, vous sentirez le plaisir de manger. Et vous allez passer plus de temps.
Si vous prenez une demi-heure pour manger votre repas, puis en prenant la même quantité de nourriture en conscience, vous aurez besoin de 1h30, trois fois plus. En une demi-heure, vous aurez mangé seulement un tiers de cette quantité, et cela vous suffit pour vous combler : le repas vous donnera plus de joie.

LE CORPS VOUS DIT D'ARRETER
Et quand le corps éprouve de la joie, il vous indique quand arrêter. Lorsque le corps n’éprouve aucune joie, il ne dit jamais quand s'arrêter, alors vous allez continuer à manger. Puis, le corps devient terne. On n'entend plus ce que le corps nous dit.

Vous mangez sans que vous soyez là : ce qui crée le problème.
Soyez là, et chaque processus sera ralenti. Le corps va nous dire : «ça suffit !" Et alors, c'est le bon moment d’arrêter. Si vous êtes alerte, vous ne pouvez pas dérober. Vous allez arrêter.
Alors, permettez à votre corps de dire quelque chose. Le corps dit des tas des choses tout le temps, mais vous n'êtes pas là pour l'entendre. Soyez alertes, vous l'entendrez.


LE CHAOS DEVIENT UNE SYMPHONIE
On met l'accent ici sur le fait de sentir les choses parce l’important c’est l’expérience "vécue". Lorsque vous commencez à sentir les choses, vous grandissez : votre être aussi.

Pour l’instant, vous êtes dans chaos, parce qu'il n'y a aucun accord : l’accord vient quand vous commencez à être conscient. Juste en étant conscient les choses commencent à être en ordre, et ce chaos que vous êtes devient une symphonie.


MEDITATION SUR LA NOURRITURE
Pour ceux qui pratiquent la méditation, l'utilisation de « l'alimentation » comme une méditation est la plus facile à maîtriser de toutes les méditations. Nous, comme toutes les créatures vivantes, sommes parfaitement familiarisés avec l'alimentation, une pratique que nous avons fait tout notre vie, plusieurs fois par jour depuis notre naissance. Cette méditation n’implique pas une concentration aussi difficile que les autres techniques de méditation.
Le fait d’être impliqué dans le plaisir de manger retient l'attention automatiquement, presque sans effort. C'est la raison pour laquelle cette technique de méditation de manger a été tenue en haute estime en particulier par les plus anciens pratiquants du Tantra - puisque sa pratique entraîne une profonde transformation dans un laps de temps relativement court, avec un minimum d'effort.

Chaque fois que vous mangez, plusieurs fois par jour, vous pratiquerez la méditation, et cela mène à des progrès rapides quand avez toute votre attention.


CONCLUSION
Le grand plaisir résultant de la satisfaction d’un tel instinct élémentaire aboutit à une énorme paix intérieure, joie et bonheur qui se propagent sur tous les sentiments et les émotions, à la fois conscients et inconscients. Ce bonheur conduit à une satisfaction persistante pour toute la vie, qui grandit d’une façon constante et augmente en intensité.

Cela peut paraître très exagéré à la plupart des personnes. Pour le croire on doit réellement, l’expérimenter et non pas intellectuellement. L'idée qu'une telle pratique simple pourrait conduire à des changements profonds est difficile à concevoir. Pourtant, tous les créatures vivent et jouissent de ces bénéfices d’une façon simple et non intellectuelle.

Pourquoi ne pas tendre la main et réclamer votre droit à la joie et au bonheur !

Stanley S. Bass