Comment résoudre le problème de la famine
User Rating: / 22
PoorBest 
Generalités

Comment résoudre le problème de la famine

“UNE PROPOSITION”

(D’un Auteur Inconnu)

Les pays affectés par la sécheresse qui souffrent déjà d’un approvisionnement limité et incertain en céréales et légumes font face à des carences alimentaires sévères. Nous expédions et distribuons actuellement des millions de tonnes d’aliments en Afrique, luttant sans cesse contre la faim, « jusqu’aux prochaines pluies diluviennes». Les pays donneurs se sont déjà commis à fournir 1,3 tonnes métriques de nourriture, alors que le World Food Program de l’ONU a estimé le besoin pour l’année 1988 à 2,7 millions de tonnes métriques. Nous souhaitons tous combler cette demande, mais que nous réserve l’avenir, à long terme, pour ces gens.

En cette ère de technologie moderne, nous devons nous pencher plus attentivement sur des façons d’améliorer la qualité des aliments que nous consommons. Ceci ne veut pas nécessairement dire d’expédier de nouvelles variétés d’aliments en Afrique du Nord. Ce qui nous incombe, c’est de maximiser le rendement nutritif des aliments qu’ils ont déjà. L’une des façons de maximiser le rendement de tout système est la technique du « point d’usage » pour en mesurer l’efficacité. Dans ce cas il s’agit de l’usage et la préparation des aliments locaux et la qualité nutritionnelle qui en résulte.

Pendant des millénaires, les Chinois ont utilisé de simples germes (soya, mungo, etc.) dans leur régime alimentaire quotidien pour rehausser le goût et la qualité nutritionnelle de leurs aliments. La science reconnaît aujourd’hui la valeur nutritionnelle incroyable des germes.

L’étude des données courantes sur le contenu nutritif des germes s’avère très prometteuse si nous les comparons aux aliments secs. Par exemple, faire germer le blé augmente de six fois sa teneur en vitamine C, trois fois en vitamine E et en ce qui concerne le complexe B, la croissance se situe entre 20% et 1 200%. Dès que débute la germination de l’avoine, le contenu en vitamine B2 augmente de 1 300% et aussitôt que des petites feuilles apparaissent, l’augmentation se situe à 2 000%. On observe des croissances importantes chez les autres vitamines du complexe B aussi : La Biotine de 50%, l’Acide Pantothénique de 200%, la pyridoxine de 500%, l’acide Folique de 600%. Quand on analyse les données scientifiques, il n’y a aucun doute que les graines lorsqu’elles sont germées apportent une valeur nutritionnelle beaucoup plus élevée que lorsqu’elles sont crues ou cuites. La cuisson réduit la teneur en vitamines et enzymes de tout aliment.

Les graines germées, lorsque combinées de la bonne façon, peuvent soutenir la vie à elles seules, puisqu’elles sont équilibrées en acides aminés, acides gras, et sucres naturels, en plus d’avoir un niveau élevé de minéraux. Avec la germination, Mère Nature nous fournit la forme la plus assimilable de vitamines, minéraux et protéines, à un coût minime. La germination utilise très peu d’énergie, pas comme la cuisson : si on faisait germer 20% des graines que nous cuisons actuellement, nous économiserions d’autant en bois et fuel.

Tous ces éléments nutritifs sont disponibles aux peuples d’Afrique maintenant – sans aucune modification aux programmes d’aide en vigueur actuellement.

N’oublions surtout pas une information très importante : la germination augmente le volume des aliments de façon inouïe. Par exemple, le volume d’une cuillère à café de graines de luzerne augmente à un Kg en 4 à 7 jours – un Kg de légumes frais, riches en vitamines et nutriments (parce que les graines germées sont de mini-légumes très concentrés). Après 3 à 4 jours de germination, 240 ml de lentilles augmentera de 3,5 fois son volume et produira un litre de graines germées. On peut en dire autant de toutes les graines.

LA RÉALITÉ

De toute évidence la grande question que l’on se pose est: Peut-on introduire la germination dans le style de vie de ces gens mal nourris qui crèvent de faim? Les deux éléments de cette question sont les graines germées peuvent-elles être pratiques et délicieuses? Comme on dit si bien « quand on meurt de faim, on est prêt à manger n’importe quoi ». On n’a pas besoin d’être en train de mourir pour reconnaître le côté invitant de graines germées fraîches et juteuses. La germination est également polyvalente : elle peut s’adapter à différents environnements et matériaux.