LE CO-COUNSELING
User Rating: / 5
PoorBest 
LA PENSE POSITIVE

LE CO-COUNSELING

Si vous avez entendu parler des avantages à l'utiliser le Co-Counseling dans la vie de tous les jours et avez envie de l'essayer, ce qui suit vous aidera à vous mettre en route.

Dans sa forme pure, la pratique du Co-counseling nécessite simplement 2 personnes qui s'écoutent à tour de rôle. D’une certaine façon, c’est comme une conversation, mais c'est différent, aussi. Il s’agit d’une écoute plus attentive et plus profonde. Nous parlons d'écouter et de porter attention à ce qui est dit. Il s’agit de penser à la personne qui le dit et considérer ce qu'il ou elle dit, sans interrompre, sans offrir de suggestions ou de commentaires, mais simplement écouter à cœur ouvert.

CHACUN SON TOUR À ÉCOUTER

La mise en route est simple. Ça prend simplement 2 personnes. Trouvez un ami (ou un collègue de travail, ou époux) qui l'essaiera avec vous. Convenez que chacun son tour, vous écouterez l’autre, sans interruption pour la même durée de temps et convenez également de cette durée. Décidez ensuite qui va écouter d'abord. L'autre personne parle alors de ce qui l’intéresse. La personne qui écoute fait attention et n'interrompt pas pour donner des conseils ou faire des remarques ou répéter comment il ou elle se sent.

À la fin du temps convenu, la personne qui a parlé en premier devient l'écouteur et celui qui a écouté d'abord parle de ce qui l’intéresse à son tour.

C'est un échange équitable. Aucune personne n’est redevable envers l'autre. Ensuite, les deux personnes habituellement se sentent mieux et pensent plus aisément. C’est amusant, aussi.

C'est agréable de l’expérimenter à chaque fois que vous en avez l’occasion. Après avoir pratiqué plusieurs fois cette manière d’écouter, vous apprendrez à mieux vous connaître l'un, l’autre.

Votre écoute s’améliorera aussi. L’efficacité du processus augmentera avec la pratique.

"Les tours" ou "les séances" de Co-counseling peuvent être aussi longs ou aussi courts que vous le désirez, selon votre disponibilité. Seulement quelques minutes partagées avec votre Co-conseiller peuvent faire une grande différence dans votre façon de penser et fonctionner et 2 heures partagées sont un plus.

EXPRIMEZ VOS SENTIMENTS

Quelquefois la personne qui parle ("le parleur") commencera à rire, crier ou parler fort, ou quelquefois trembler ou bailler. C'est parfait ainsi. Ça signifie simplement que la personne est tendue à propos de quelque chose, et possiblement se sent un peu gênée, triste, effrayée ou inconfortable physiquement et c’est une façon de libérer la tension. Elle est en train d’évacuer ses embarras, sa tristesse ou ses peurs. Nous appelons parfois ces libérations de tension des "décharges". Dans ce cas, la personne qui écoute ("l’écouteur") peut se sentir satisfaite et détendue et quand cela se produit, elle doit simplement continuer à écouter sans tenter d’arrêter la décharge en cours. Si le parleur arrête sa propre décharge, l’écouteur peut le rassurer et l’encourager à continuer.

QU’EN PENSEZ-VOUS?

L'idée fondamentale du Co-counseling est que deux personnes s’écoutent tour à tour. En sachant ceci et en le mettant en pratique, vous pouvez apporter beaucoup de changements dans votre vie. Si vous êtes en train de lire ceci en compagnie de quelqu'un, vous pourriez arrêter de lire et passer à la pratique, 10 minutes chacun. Ensuite, partagez vos impressions.

Dès que vous aurez pratiqué le Co-Counseling à quelques reprises avec la même personne, prenez le temps d’échanger vos impressions de vos expériences. Comment avez-vous aimé le fait que quelqu'un vous écoute sans interruption ? L'avez-vous apprécié ? Comment avez-vous aimé écouter sans interrompre? Aimeriez-vous poursuivre?

Vous pouvez également faire des recherches sur ce sujet.

DÉROULEMENT D’UNE SESSION

On appelle souvent le temps que l’on passe à s’écouter mutuellement sans interruption "une session". Vous trouverez ci-dessous quelques suggestions que vous pourriez essayer au cours de vos sessions.

Bonnes nouvelles

Le parleur pourrait commencer la session en décrivant "les bonnes" choses, importantes ou mondaines, qui lui sont arrivées récemment. Cela pourrait être un beau crépuscule qu’il/elle a vu, ou un nouvel emploi, ou une situation quelconque. L'idée est de mettre l’accent sur les choses positives. (C'est une bonne idée surtout si l’on se sent déprimé. Ça aide à se rappeler que les choses ne sont peut-être pas aussi mauvaises qu'elles nous le semblent.) Quelquefois les gens passent des sessions entières de Co-counseling à parler seulement "des récentes nouvelles" et quittent en se sentant plus positifs et en pensant plus clairement.

Frustrations récentes

Si une expérience récente vous a beaucoup troublé, une session de Co-counseling est un bon endroit pour en parler. À vous de choisir ce que vous avez envie de partager, en détail ou succinctement, et combien de fois vous désirez en parler (une fois ou à répétition). Vous constaterez probablement que beaucoup de vos problèmes vous sembleront moins importants en ayant eu la chance d’en parler avec quelqu'un qui n’essaie pas de vous donner des conseils ou de les résoudre à votre place. Simplement le fait de parler de votre problème à quelqu’un qui vous écoute en vous témoignant confiance vous amènera à découvrir seul une bonne solution.

Événements troublants du passé

En tant que parleur, si vous décrivez une chose qui vous tracasse particulièrement, il se pourrait qu’après un certain moment, vous vous demandiez (ou votre conseiller pourrait vous le demander), "Qu’est-ce que cette situation ou ce sentiment me rappellent ? Quand avez-vous déjà eu ces sentiments auparavant?" Presqu’indéniablement, vous vous souviendrez d’un événement du passé qui vous a blessé ou bouleversé d'une façon semblable. Vous constaterez aisément que votre esprit est occupé par de vieux souvenirs, auxquels il a ajouté plus de confusion et de mauvais sentiments que normalement seraient justifiés. Si vous pouvez parler de ce qui s’est produit lors de l’événement initial, comment vous vous êtes sentis et comment il vous a affecté, vous pourrez alors vous débarrasser de vieux souvenirs accablants et voir votre situation actuelle avec une nouvelle perspective.

L’histoire de votre vie

Si au cours d’une session le parleur n’a aucun sujet d’actualité dont il a envie de parler, il pourra essayer de raconter l’histoire de sa vie. La plupart des gens n'ont jamais eu l’occasion de raconter l'histoire entière de leur vie et on a tous besoin d’une occasion de le faire. En racontant votre histoire, certains incidents vous paraîtront plus importants que d'autres, en fonction des effets que cela vous laisse, qu’ils soient bons ou mauvais. Au cours des sessions de Co-counseling, il sera profitable de revenir sur ces incidents plusieurs fois. Ce qui pourra vous surprendre dans votre réflexion, c’est la possibilité de les revoir à maintes reprises avec quelqu'un qui écoute vraiment. Des sentiments désagréables provenant de vieilles blessures (incluant les expériences que vous pensiez avoir laissées "derrière vous") peuvent resurgir et se désamorcer, vous laissant avec une sensation de légèreté et des pensées plus limpides. Avec l'attention d'un bon écouteur, les bonnes expériences peuvent aussi aider les vieux sentiments désagréables à se désamorcer et cela peut vous laisser avec une perspective positive.

L’appréciation de soi

La plupart d'entre nous avons été humiliés ou maltraités suffisamment qu’il nous est devenu difficile d'entretenir des sentiments positifs à notre égard. Nous avons été "blâmés" pour des choses alors que nous faisions tout notre possible. On nous a souvent menti. On nous a dit que si nous éprouvions de l’amour pour nous-même, cela signifiait que nous étions imbus de nous-mêmes et que nous ne devrions pas être fiers de ça. Ceci est faux. Tout le monde a besoin de se sentir fier. Nous pouvons mieux apprécier les autres quand nous sommes contents de nous-mêmes, pas moins.

Pendant une session de Co-counseling, en tant que parleur, dites à votre écouteur ce que vous aimez à propos de vous-même. Dites-le avec un ton de voix qui communique la fierté (pas de la "supériorité," mais de la fierté). Répétez-le à maintes reprises. Peut-être que vous trouverez ça difficile, mais persistez. Ne vous empêchez pas de rire ou de crier ou d’expérimenter toute autre forme d’évacuation. Essayez d’apprécier tout de vous-même (tout). Quand vous sentirez qu’il vous est plus difficile de vous apprécier pour certaines choses (par exemple, votre apparence physique ou votre intelligence), concentrez-vous à apprécier ces choses. Vous vous souviendrez vraisemblablement d’incidents dans votre vie ou l’on vous a critiqué, blâmé, ou maltraité. Lors de futures sessions de Co-counseling, en tant que parleur, vous pourrez explorer ces incidents.

Vos Buts

Le fait d’établir des buts ou de réviser votre progrès vers l’atteinte de vos buts vous sera très bénéfique. C’est le genre de sujet qui est utile d’explorer lors d’une session de Co-counseling, en tant que parleur. Parlez de divers moments futurs, provisoirement décidant de ce que vous désirez accomplir demain, la semaine prochaine, cette année, dans les 5 prochaines années, dans les 20 prochaines années, dans votre vie. Alors que vous parlerez de chaque période future, vous pourrez identifier les actions que vous devrez prendre pour atteindre ces buts.

Le fait de réviser vos buts occasionnellement et les obstacles apparents vous aidera à les atteindre.

N’interrompez pas l’évacuation

Si vous, en tant que parleur, parlez de quelque chose qui se traduit en conversation animée, rires, pleurs, tremblements, sueurs, ou bâillements (toutes des formes d’évacuation), ne vous hâtez pas à changer de sujet. Essayez de répéter ce que vous disiez ou faisiez à plusieurs reprises, tant que persisteront les symptômes d’évacuation. Il sra avantageux de le faire aussi longtemps que vous le puissiez. Les plus grands bénéfices du Co-counseling surviennent suite à des moments de libération de tensions. Les pensées et les actions qui étaient réprimées auparavant sont rendues possibles.

Terminer la session

À la fin d'une session de Co-counseling, surtout si vous avez parlé de quelque chose de difficile pour vous, prenez quelques instants pour rediriger vos pensées vers quelque chose que vous anticipez avec impatience ou sur un sujet simple qui ne vous fait pas sentir tendus, par exemple, les noms de certains de vos amis ou quelques-uns de vos aliments préférés, ou un paysage que vous appréciez regarder. Cela vous aidera à faire une transition paisible de parleur à écouteur si c'est le cas, ou vers les autres activités que vous devez entreprendre. Pour que chaque personne se sente en confiance de parler de ce dont elle a envie, les deux intervenants doivent convenir que tout le contenu de l’échange demeurera confidentiel. Aussi, sachez que l'alcool et les médicaments interfèrent avec le processus d’évacuation.

GROUPES DE SUPPORT

Des petits groupes d’échange ou chacun prend le temps d’écouter les autres fonctionnent bien (en Co-counseling on appelle ça des «groupes supports»). Chaque personne parle, grosso modo, la même période de temps, alors que les autres écoutent.

On élit un leader qui aidera le groupe à décider combien de temps sera accordé à chacun, celui qui commencera, etc. La session prend fin une fois que chaque personne aura eu son tour en tant que parleur. À la fin, chacun pourra partager ses impressions de la session ou bien ce qu’il ou elle anticipe pour l’avenir.

Les groupes supports peuvent se rencontrer aussi souvent que les membres le souhaitent. Il peut s’agir d’un groupe d’amis, de co-équipiers de travail, voisins, ou de gens qui partagent des intérêts en commun. Les gens se sentent plus en confiance de parler de ce dont ils ont envie, lorsque les membres du groupe partagent quelque chose en commun. Il peut s’agir de groupes de femmes, d’hommes, parents, jeunes, gens de la même classe ouvrière, groupe ethnique, religion, artistes, personnes à mobilité réduite, etc.

Une bonne façon d’initier plus de gens au Co-counseling est d’inviter des amis à participer à un groupe. Lorsque le groupe devient trop gros, on peut le subdiviser et élire un leader dans le nouveau groupe. La taille optimale semble se situer à environ 8 participants, mais des groupes plus grands ou plus petits peuvent aussi fonctionner.

Des groupes supports représentent de bonnes structures pour des gens qui ont des backgrounds similaires ou qui sont dans des situations semblables. Ils peuvent utiliser ce qu’ils ont en commun afin de partager par exemple, ce qu’ils aiment à propos de leur participation dans le groupe, ou encore, la fierté qu’ils éprouvent à connaître d’autres membres du groupe. Les groupes supports sont également de bons endroits pour parler de nos expériences difficiles, ce que nous aimerions que les gens comprennent au sujet de notre groupe, les espoirs et les rêves que nous avons pour les autres membres du groupe et ce que nous aimerions accomplir avec l’aide du groupe.

Par exemple, dans un groupe support composé uniquement de femmes, chacune aurait l’occasion de partager ce qu’elle aime au sujet de sa féminité, les dures épreuves d’être une femme, les améliorations qu’elle aimerait voir à la condition féminine et les façons qu’elle aimerait atteindre d’autres femmes.

Si après avoir essayé le Co-counseling vous désirez en connaître plus à ce sujet, vous pouvez obtenir des livres, cassettes vidéo et cassettes audio auprès du bureau chef du Re-evaluation Counseling. Ils sauront vous informer des Co-conseillers dans votre région. Vous pouvez également leur demander de vous envoyer un prospectus d’introduction.

The Re-evaluation Counseling Communities
719 Second Avenue North
Seattle, Washington 98109, USA

Téléphone: 206-284-0311 / Fax: 206-284-8429

Email: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

Site Web: www.rc.org