NOS SUBSTITUTS ALIMENTAIRES – LES HERBES SAUVAGES
User Rating: / 2
PoorBest 
Aliments à consummer

NOS SUBSTITUTS ALIMENTAIRES – LES HERBES SAUVAGES

Dans les jardins, champs, forêts, gazons, ruisseaux, marais et jardins en bord de route de Mère Nature, il existe un aliment gratuit et des plus nourrissants. Les herbes sauvages comestibles ont une bonne longueur d’avance sur les légumes de jardin en ce qui a trait à leur teneur en vitamines minérales, nutritives et bénéfiques pour la santé. Par exemple, les cressons contiennent 3 fois plus de vitamine E que la laitue et 3 fois plus de calcium que les épinards. Le pissenlit contient 6 fois plus de vitamine A et 2 fois plus de calcium, phosphore et fer que la laitue de jardin. Les fruits du rosier sauvage contiennent plus de vitamine C qu’une demi-douzaine d’oranges. Le pourpier (mon herbe préférée) dépasse toutes les herbes en fer, à l’exception du persil.

La lambsquarter est bien en avant des épinards pour sa teneur en vitamines A et C et en fer et potassium et contient plus de calcium que les légumes verts du jardin. La capucine avec son bon goût de fleur, comme le cresson, est très précieuse en salade. La consoude est vivace. Elle se répand rapidement et doit être divisée par la racine. Les feuilles, de même que les fleurs, peuvent être consommées en salade. Selon les recherches du Dr Walter J. Bray, la consoude contient des acides aminés qui permettent d’équilibrer la vitamine B12, beaucoup plus que la viande. La chicorée et le trèfle rouge sont formidables en salade ou pour faire des jus lorsque les feuilles sont jeunes. Le plantain et l’oseille jaune ajoutent beaucoup de saveurs aux jus. La ciboulette donne une saveur délicate aux salades et aux sauces. N’oublions pas les topinambours qui ont la forme de patates sucrées et qui sont utilisés comme légumes. On peut utiliser la bourse du berger et autres herbes comestibles pour les salades et les jus. On peut retrouver les têtes de violon (jeunes feuilles enroulées de fougère) dans le Nord, tôt au printemps, spécialement dans les bois; on peut les utiliser comme légumes ou dans la préparation de jus.

Toutes les herbes gazonneuses (grasses) sont comestibles; cependant, il est mieux d’en extraire le jus ou de les mâcher.

Il vaut mieux faire sécher les herbes comestibles. On peut les utiliser comme substituts aux capsules de vitamines ou comme assaisonnement dans les soupes crues, les salades, les fromages de grain, etc.

Les herbes qu’on peut utiliser sont : la lépidie (Pepper Grass) et la bourse du berger (employez les graines autant que les feuilles). Le feuille et l’écorce du sassafras, les feuilles de menthe, les graines de Lambsquarter et les feuilles de carotte, de betterave, de radis et de céleri. Ajoutez le chou frisé. On peut se servir également de la ciboulette. Pour préparer la poudre, enlevez les tiges rigides, laissez sécher et coupez les feuilles à l’aide d’un moulin à café.

Il n’y a aucune limite à tirer profit des herbes. Ce sont des aliments de survie. Lorsque les Puritains sont arrivés en Amérique, ils connaissaient très bien les herbes et les utilisaient comme aliment et médicament. Les pionniers appréciaient les cadeaux de la nature. Il est temps que nous retournions à la Nature (Dieu) pour qu’elle nous vienne en aide.


Comparaison de la valeur nutritive de 450 gr de légumes frais et crus :

Ingrédient

Pissenlit

Laitue

Protéine

12,3 gr

3,8 gr

Gras

3,2 gr

0,6 gr

Glucides

0,0 gr

9,2 gr

Calcium

849 mg

194 mg

Phosphore

318 mg

63 mg

Vitamine A

61 970 UI

5 060 UI

Fer

14 mg

3,8 mg

Thiamine (B1)

0,85 mg

0,14 mg

Riboflavine (B2)

0,65 mg

0,26 mg

Niacine (B3)

3,8 mg

0,6 mg

Vitamine C

163 mg

57 mg

LA SENSIBILITÉ DU ROYAUME DES PLANTES

En 1904, le professeur de botanique Patrick Geddes a découvert que le royaume des plantes n’était pas seulement une masse de verdure mais qu’il était vivant et sensible. Le végétarien Bernard Shaw a observé un morceau de choux à travers une lentille grossissante à des centaines de fois. En l’introduisant dans l’eau bouillante, le chou est mort après avoir connu des convulsions sévères. L’expert en polygraphe Clive Baxter, de la ville de New York, a découvert que les plantes ont des émotions et un système de communication télépathique comme toutes les autres formes de vie. Un polygraphe modifié spécialement a révélé que les plantes ressentent de la peur, du plaisir, etc. Elles réagissent au traitement sympathique des humains lorsqu’ils les mangent pour se nourrir. Lorsque les plantes ont appris à nous connaître, elles réagissent aux émotions que nous vivons. Peut-être qu’un jour nous apprécierons la forme la plus ancienne de vie sur cette planète; les plantes possèdent une puissante sagesse et sont liées aux humains, aux animaux et aux minéraux. Elles font partie de la toile énergique universelle. Les champs énergétiques sont continuellement en interaction et s’influencent mutuellement, quelle que soit leur nature. Depuis le début des temps, tout n’est qu’un.

LES HERBES POUR LA SANTÉ ET LA SURVIE

Il existe des preuves à l’effet que les herbes sont en train de se réintroduire dans l’alimentation humaine au grand bénéfice de notre santé. On étudie les remèdes de grand-mère dans les laboratoires scientifiques et auprès des commerciaux pour trouver « des cures temporaires ». Plusieurs établissements d’éducation offrent des cours sur les herbes sauvages, les fines herbes et les champignons. On retrouve dans les pharmacies même des livres sur les herbes médicinales et l’ouvrage complet d’Edgar Cayce « Diet and Health », qui traite des fines herbes, herbes sauvages, pousses et aliments vivants.

On retrouve des photos des herbes sauvages dans des livres qui traitent des herbes comestibles. Peu importe l’endroit où vous les trouviez, les herbes sauvages peuvent devenir les compagnons exotiques de votre salade, se combiner à des avocats pour en faire de délicieuses sauces, se mélanger dans des breuvages santé, s’incorporer dans vos plats de cuisson ou nourrir vos animaux de compagnie. Séchées et réduites en poudre, les herbes deviennent d’excellents assaisonnements pour soupes et salades.

Tout au long de l’été, votre potager devrait inclure, parmi les nombreux légumes que vous cultivez, des herbes que vous pourrez inclure à tous vos repas.

On peut facilement retrouver dans un potager les herbes suivantes : mouron blanc, lambsquarter, physalis (cerises de terre), pourpier, sénevé (moutarde sauvage), oseille et violette. On peut aussi retrouver le trèfle rouge, l’oseille sauvage, la bourse à pasteur et le pissenlit à proximité du potager, car ces herbes préfèrent une terre de moins bonne qualité. Par ailleurs, certaines herbes se développent très bien dans une terre humide telle la chicorée, le cresson et la menthe poivrée.

Lorsqu’on prépare une salade faite avec des herbes sauvages, on doit généralement éliminer les grosses tiges et utiliser les parties tendres, et possiblement les fruits et les fleurs. On ne devrait pas incorporer à nos salades plus de trois herbes sauvages à la fois car vous risquez de compromettre le goût; en effet, chaque herbe sauvage a un goût et un arôme unique. Pour un délicieux breuvage, vous pouvez extraire le jus de toutes les herbes sauvages (extracteur à jus manuel). Si vous trouvez que le goût est trop fort, du ajoutez de jus de carotte à votre mélange.

Ne tardez pas de faire connaissance avec les herbes sauvages, car il se peut qu’un jour, il n’y ait rien d’autre à manger. L’agricuture moderne est en train de rapidement détruire ce qui, jadis, était une terre fertile.

Selon le docteur Wernher Von Braux, « si l’on continue notre façon de faire, la famine et le taux élevé de mortalité infantile dont souffre une partie de l’humanité, se répandront à une plus grande échelle ». Les graines ont besoin d’un bon environnement pour pousser. Elles ne peuvent survivre dans une terre saturée d’insecticides et d’engrais chimiques. Nous nous rapprochons du moment où la famine à grande échelle, prévue pour notre génération, deviendra une réalité, à moins que la communauté agricole ne fasse demi-tour et opte pour les méthodes naturelles de jadis, ce qui semble peu probable.

Si votre corps est rempli de toxines, une transition rapide à une diète simple d’herbes sauvages peut engendrer des réactions très désagréables (vous penserez que vous êtes en train de mourir de faim). Ceci est particulièrement vrai lorsque les résidus de médicaments, de nicotine et de produits chimiques se retrouvent dans vos tissus adipeux. Vous avez encore le temps de faire une transition lente. Apprenez à vivre simplement.

Passez vos weekends dans les champs et les forêts à cueillir fruits, noix et herbes sauvages. Ces aliments sont plus savoureux et variés que ceux achetés dans les supermarchés.

Les chercheurs scientifiques découvrent actuellement la grande valeur nutritive des légumes et des herbes dans la nature en comparaison avec les légumes commerciaux.

Le lambsquarter contient des vitamines A et C en plus grande quantité que son cousin l’épinard et son contenu en fer et en potassium s’en approche. Par ailleurs, son contenu en calcium est plus important que tous les légumes verts communs. Fait surprenant, il contient 4,5% de protéine, ce qui est beaucoup plus élevé que tout autre légume vert ou fruit. C’est donc un excellent aliment pour les os et les muscles. Son fruit mûr peut être séché et moulu dans votre moulin à café. C’est l’une des herbes comestibles les plus connues qu’on retrouve dans les potagers et les champs.

Le contenu en vitamine A des pissenlits excède de quatre fois celui de tous les aliments verts qu’on peut acheter au magazin d’alimentation. Le pourpier est la reine de toutes les herbes quant à son contenu organique en fer, à l’exception du persil. Le contenu en vitamine A et en potassium de l’oseille est semblable à celui du pissenlit mais contient trois fois plus de vitamine C que le citron. La valeur nutritive du gazon excède même celui des herbes connues.

Vous pouvez donc constater que le supermarché gratuit de mère-nature peut être un meilleur gage pour la santé, le goût et la nutrition que les aliments défraîchis et embaumés de la ville. Une visite hebdomadaire dans la forêt et les champs peut combler tous vos besoins en aliments verts de la semaine. Les herbes sauvages vertes qui ne sont pas comestibles ont un goût âcre et contiennent parfois des jus laiteux ou des épines. À la listes des herbes comestibles, ajoutons les fruits sauvages tels les fraises, les bleuets, les framboises, les mûres, les pommes, les raisins, les canneberges, les groseilles, en plus d’une panoplie de champignons et de noix. Ne mangez pas des champignons qui n’ont pas été certifiés par un expert comme étant comestibles.

Lorsque le temps est trop froid pour s’aventurer à l’extérieur, semez les herbes à l’intérieur. Il n’y a pas de projet plus utile. Vous pouvez utiliser une jardinière et exposer sous la fenêtre de votre cuisine une variété de végétaux que vous pourrez utiliser frais ou séchés dans les salades ou dans la cuisson.

Lorsque les « mauvaises herbes » dominent le potager, laissez quelques-unes pousser pour obtenir des graines que vous pourrez planter à l’intérieur. L’idée d’utiliser des graines d’herbes sauvages m’est venue lorsque je cherchais des graines d’herbes aromatiques pour planter à l’intérieur.

Du livre : « Survival into the 21st Century », par K. Kulvinskas.


RECONNAÎTRE LA VALEUR VITAMINIQUE DES HERBES

Les études ont démontré que les gens qui incorporent des aliments riches en oméga 3 dans leur alimentation bénéficient d’un plus bas taux de cholestérol et éprouvent moins de troubles cardiaques. On retrouve de l’acide linoléique, l’un des oméga-3 essentiels à un bon régime alimentaire, dans les graines, le germe de blé, le safran, le soya, l’huile de maïs et aussi dans votre potager, dans une herbe sauvage que l’on appelle le pourpier, ou plus spécifiquement, Portulaca Oleracea.

Cette plante contient plus d’oméga-3 que tout autre source végétale, selon Helen A. Norman, une recherchiste à l’USDA Weed Science Lab à Beltsville, dans le Maryland aux États-Unis. Elle explique que le pourpier contient 10 fois plus d’acide linoléique et 6 fois plus de vitamine E que les épinards.

Les feuilles du pourpier ont un goût doux de noix et sont déjà populaires dans les salades en Europe. Alors cessez de vouloir éliminer de votre potager cette verdure à salade, merveilleuse pour la santé et anti-cancérigène. De grâce, laissez-la pousser!